Le phare de Babel

  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : Frédéric Viano
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : Frédéric Viano
  • Photos : Alain Unternehr
  • Photos : Alain Unternehr

Création adaptée de la première partie du roman éponoyme de Yannick Anché, paru en 2016 aux éditions Moires

« Nous sommes tous les gardiens de notre propre phare », disait Marcel Jouhandeau.

Depuis longtemps les phares sont sources de rêves ou de cauchemars. Endroit singulier d’un huis-clos, lieu oppressant et révélateur de notre instinct animal. Ici, depuis plusieurs mois, la tempête fait rage, le vent est déchaîné, la mer est démontée et frappe violemment ce phare isolé dans l’immensité de l’océan. Pas de secours possibles. Comment faire face aux éléments survoltés ? Comment Arsène et son collègue vont-ils résister à cet enfermement ? Le danger est partout, et hormis le sommeil qui abat, nul répit : ni au-dehors, et plus étrangement, ni au-dedans.

La lecture que nous vous proposons est singulière car c'est le personnage lui-même qui vient la faire. En effet, Arsène l'a consignée, jour après jour, dans le carnet de bord du phare. C'est ce texte qu'il nous donne à entendre. Et il revit les événements en nous les adressant - nous, ses témoins d'un soir - avec la même intensité et la même force émotionnelle que lorsqu'il les a vécus.

À ses cotés, Régis Lejonc image en direct le récit sur grand écran, évoquant tour à tour l'océan en furie et l'intimité suffocante du phare alors que la musique rythme l’obsessionnelle présence de la tempête, l’univers mental du personnage et le mystère de ce monde primitif en ébullition.

De l'épopée lyrique au huis clos du thriller, nous vous proposons un voyage haletant où les mots, les dessins et les sons seront nos guides, telle la lumière d'un phare dans les brumes océanes.

 

 

 

SPECTACLE
À PARTIR DE 12 ANS
DURÉE : 1 h

AVEC : Alain Chaniot (jeu) et Régis Lejonc (dessins en direct)

CONCEPTION : Alain Chaniot
DIRECTION D'ACTEUR : Jean-Marie Broucaret
CRÉATION MUSICALE ET SONORE : Érik Baron
CRÉATION LUMIÈRE ET RÉGIE : Yannick Anché
RÉGIE LUMIÈRE ET SON : Alain Unternher

En coproduction avec l'IDDAC et avec le soutien des Départements de la Gironde et des Landes 

 
 

  

 

ACTIONS DE MÉDIATION

au collège nelson mandela de floirac / mars-mai 2019 

  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault

Lors de la résidence de la Compagnie du Si à la M270 de Floirac, la Compagnie a mené un travail de transmission des artistes aux élèves ; deux classes ont été impliquées : une cinquième et une quatrième. Ce projet s’est inscrit dans un parcours comprenant : 

  • Lecture et analyse de textes qui abordent des thèmes communs au roman de Yannick Anché : « La fiction pour interroger le réel », « Pourquoi aller vers l’inconnu ? », « L’homme est-il maître de la nature ? » 
  • Lecture de la 1ère partie de l'oeuvre de Yannick Anché
  • Intervention de l’auteur Yannick Anché qui a accompagné chaque classe pendant 5 heures. Le travail d’écriture est parti des thèmes vus et a abouti à un montage de textes courts
  • Initiation au jeu théâtral et travail autour de la lecture à voix haute : les élèves ont travaillé autour de situations théâtrales qui permettent de dire leurs textes (intentions, travail de choeur...). L’objectif était qu’ils s’approprient des techniques qui leur font prendre conscience de l’espace scénique et de l’engagement de leur corps et de leur voix dans cet espace

Une présentation théâtralisée du travail accompli a permis de restituer des textes écrits aux élèves de l’autre classe sur le plateau de la M270, en étant accompagné en musique par Erik Baron.

Au CHU de Bordeaux / Septembre 2019 - Janvier 2020 / "Mon phare à moi"

  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : pierre planchenault

Dans le cadre de l’Appel à projet Culture et Santé 2019, nous avons déposé un dossier avec le service d’addictologie, hôpital Haut-Lévêque (Groupe Hospitalier Sud du CHU) et le service culturel du CHU de Bordeaux.

Plusieurs aspects de cette création artistique résonnent métaphoriquement avec le vécu des patients de ce service de soin :

  • La question du phare, seul perdu au milieu des tempêtes 
  • La lumière du phare guidant les bateaux perdus et représentant un espoir
  • La mer dont l’agitation incessante dans ce texte est ressentie jusqu’à l’intérieur du phare
  • Les notions d’enfermement et d’empêchement dû au lieu du phare, mais aussi à l’enfermement psychique du personnage principal.

Notre médiatrice Florence Boileau a donc dirigé les ateliers au sein de l'Unité de Soins Complexes en Addictologie, au cours desquels ont été abordées les thématiques suivantes :

  • Le théâtre comme outil d’expression, via l’expression corporelle, spatiale et vocale, le développement de l’imaginaire
  • Découvrir les objets comme matières : créer des tableaux vivants fixes en théâtre d’objet à partir de leur imaginaire, des émotions, ou d’une thématique
  • L’objet marionnette : travailler sur la notion de « destinée de l’objet » : un objet est lié à un usage spécifique. Mais théâtralement, comment jouer de cela… ?
  • Accompagner un récit en objet : mettre en scène une histoire/un extrait d’histoire en théâtre d’objet. Ce travail pourra se faire à partir d’extraits du roman mais aussi à partir d’écrits apportés par les patients.
  • Détournement d’objets : comment reproduire un océan sur une table ?

Une exposition de photographies (réalisées par Pierre Planchenault) a été installée dans l'unité pour valoriser ce projet.

 

Ateliers de médiation en milieu scolaire à Mimizan / 2020

Dans le cadre de la création et la diffusion du spectacle, plusieurs actions de médiation ont été menées sur le territoire des Landes. Ces actions sont l’occasion de rencontrer l’équipe du spectacle et de s’initier aux disciplines artistiques telles que :

  • un atelier de scénographie avec Florence Boileau
  • un atelier d'écriture avec Yannick Anché
  • un atelier de lecture théâtralisée avec Alain Chaniot
  • un atelier dessiné avec Régis Lejonc

Actions menées en 2020 : 

  • Ecoles primaires - Mimizan : 3 ateliers de 2h d'initiation à la scénographie
  • Collège Jacques Prévert - Mimizan :
    • 4 ateliers de 2h d'écriture
    • 6 ateliers d'1h30 de lecture à voix haute
    • Restitution: 2x3h accompagnée par Erik Baron pour la bande son
  • La médiathèque / écoles - Mimizan: 2 ateliers de 3h autour du dessin

 

Retours d'élèves :

 

« Cette expérience m’a énormément plu, sachant que je suis très stressée quand il y a du monde, or cela m’a permis de surpasser ma peur. Merci beaucoup ! » Marine

 

« J’ai beaucoup aimé les préparations, ça m’a appris à essayer de parler plus fort et plus distinctement. C’était drôle et on a appris des choses. À la présentation de nos textes, j’ai bien aimé aussi car je n’avais jamais vécu d’expérience comme celle-là, avec un metteur en scène. Les présentations des autres classes étaient très bien. Merci pour cette expérience et d’avoir pris du temps pour nous. » Mélia

 

« J’ai beaucoup apprécié cette expérience. La préparation pour cette lecture était remplie de bons moments joyeux et drôles. Je pense sincèrement, sans me tromper, que la plupart des élèves ont adoré jouer un rôle dans une pièce. La représentation de ces quelques heures de travail était tout aussi agréable : voir nos amis nous regarder et voir ce qu’on a fait de leur texte en rigolant. Je voudrais vous remercier, au nom de toute ma classe, pour ces cours, car cela va nous aider de savoir parler correctement et donner de la vie à un texte. Merci. » Roxane

 

« Au début, on a découvert un nouveau monde. Personnellement, j’ai beaucoup aimé car j’adore tout ceux qui est nouveau pour moi, c’était une expérience assez inattendue. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’il y ait un comédien qui vienne nous coacher, sans rien nous imposer ; si quelqu’un ne voulait pas avoir de rôle important, ce n’était pas grave. Il prenait le temps de nous expliquer et il n’était pas stressant. J’ai beaucoup aimé la restitution, j’étais bien sûr très stressé mais même si on était un peu en retard, le comédien prenait quand même le temps avec certains pour les reprendre. J’ai vraiment beaucoup apprécié. » Quentin

La Compagnie du SI reçoit le soutien du Conseil Départemental de la Gironde, du Conseil Régional d'Aquitaine et du Ministère de la Culture et de la Communication
Association loi 1901 - SIRET 401 448 436 000 48 - Code APE 9001 Z